Tout feu tout flamme

Excellent premier volume d'une trilogie de fantasy moyen-orientale, La Cité de Laiton nous embarque aux côtés de la guérisseuse Nahri, du guerrier djinn Dara et du prince Alizayd dans une étourdissante intrigue politique !
Le Caire. Alors qu'elle survit de petits larcins et conduit de fausses cérémonies religieuses pour économiser en vue de prendre un jour de vraies leçons de médecine à l'université, Nahri voit son existence basculer. Prétextant des dons pour chasser les mauvais esprits, elle se retrouve maîtresse de cérémonie d'un exorcisme qui va mal tourner. Psalmodiant des paroles improvisées dans sa langue maternelle, dont elle ne connait pas l'origine mais qu'elle maitrise parfaitement, elle invoque par erreur un guerrier djinn réduit en esclavage depuis des siècles. Celui-ci est furieux d'avoir été dérangé mais va très vite se rendre compte que Nahri est un être extraordinaire : la dernière des guérisseuses d'une famille de djinns qui fut décimée pendant une lointaine guerre sanglante. Dara n'a pas le choix, il doit la conduire à Daevabad, la mystérieuse Cité de Laiton, où vivent toutes les tribus de djinns. Une cité en proie à de nombreux tourments politiques, à une rébellion qui couve et à de multiples jeux d'influence. La présence de Nahri pourrait bien rebattre toutes les cartes. C'est ce dont sera témoin Ali, fils cadet du roi et membre éminent de sa Garde, qui cache un lourd secret...
On adore, on accroche complètement et on a hâte de découvrir la suite, une parfaite lecture pour s'évader !!

par (Libraire)
22 avril 2022

Tempêtes en dehors et en dedans

Jennifer Lesieur, que l'on connait pour ses biographies (Jack London, Alexandra David-Néel, Amelia Earhart, Mishima...), s'adonne ici pour la première fois au roman et on peut dire que le coup d'essai est réussi ! Notre histoire se passe à Tahiti au début des années 90. L'autrice connait l'île pour y avoir vécu et nous invite à contempler les paysages où bougainvilliers, bananiers et arbres à pain déploient leurs feuilles et leurs odeurs, où le bruit des vagues s'entend de partout, un relief dessiné par l'activité volcanique importante de l'île et l'omniprésence de la nature vivace. La narratrice, une collégienne popa'a (une blanche venue de la métropole), voit passer le cyclone qui ravage les environs par l'interstice de sa maison barricadée. Une fois la tempête partie au loin, alors que le calme semble revenu, les choses se compliquent. Dans sa classe où se côtoient diverses nationalités, cultures et milieux sociaux, l'une de ses amies, petit à petit, se renferme sur elle-même et agit de façon étrange. Elle cache quelque chose mais ne dit pas quoi... Certaines tempêtes ne sont pas aussi impressionnantes que celles qui déracinent les arbres du jardin, pourtant elles sont bien là, tapies, et par amitié pour Tumata, l'héroïne et sa petite bande chercheront les réponses, quitte à se heurter à la réalité de la misère et de la violence. Un roman (malheureusement toujours) actuel et percutant où des adolescentes soudées confrontent la face sombre du monde des adultes avec courage et détermination.