Conseils de lecture

7,95
par (Libraire)
24 novembre 2021

Justice, Prudence et Sororité

Fleetwood Shuttleworth, 17 ans, est la châtelaine de Gawthorpe, dans le Lancaster. Après trois grossesses pénibles et inabouties, elle est de nouveau enceinte et sait que son mari, Richard, rêve d'avoir un héritier. La découverte d'une lettre du médecin prédisant à Richard qu'elle succomberait certainement à une grossesse de plus la laisse effondrée. Comment son mari peut-il lui cacher une si funeste nouvelle ? Terriblement angoissée pour elle et son bébé, elle fait la rencontre d'une femme aux allures de sauvageonne dans la forêt attenante à son domaine. Elle se prénomme Alice, connait les herbes qui soignent, et pourrait bien être celle qui lui sauvera la vie. Mais, au moment où Fleetwood prend Alice à son service en tant que sage-femme, s'ouvre dans la région un grand procès contre de prétendues sorcières. Sans pitié, prêts à tout pour se faire une place, certains magistrats finissent par entendre parler d'Alice et l'accusent de pactiser avec le diable... Fleetwood va alors se jeter à corps perdu dans la bataille pour rétablir la vérité. Inspiré de faits réels (un procès a bien eu lieu en 1612 dans le Lancaster, Fleetwood et Alice ont bel et bien existé), le roman de Stacey Halls se dévore d'une traite ! Une très belle fiction autour de la quête de justice et de l'amitié entre deux femmes de milieux sociaux différents dans un monde où l'homme ordonne, décide et condamne. A redécouvrir à l'occasion de sa récente sortie en poche !!


Max Izambard

Le Rouergue

22,00
par (Libraire)
8 novembre 2021

Formidable premier roman

Avec "Marchands de mort subite", Max Izambard fait une entrée assez spectaculaire dans l'univers de la littérature policière, et on ne peut qu'être soufflé par la maestria avec lequel ce premier roman est mené.
Max Izambard connait bien l'Afrique des Grands Lacs et plus particulièrement l'Ouganda, que terrifiant et grotesque Idi Amin Dada nous fit connaitre en son temps. Dans ce romant très bien informé, et c'est ce qui le rend passionnant, nous suivant Pierre Marlot sur les traces de sa fille Anne, journaliste free-lance qui a disparut lors d'une enquête sur l'exploitation "pirate" des mines d'or de la RDC (République Démocratique du Congo) voisine.
On comprend très vite, avec Pierre, qu'il a mis les pieds dans un panier de crabes bien dangereux (gouvernement, exploitants miniers sans scrupules, forces de l'Onu, Ambassade de France) ou chacun préserve sans états d'âmes ses immenses intérêts.
Pierre s'appuie sur les réseaux amicaux d'Anne, et l'on rencontre quelque belles figures, dont l'émouvant médecin urgentiste Ibrahim, dont la préoccupation est de soigner les plus faibles et les plus traqués.
Il y a de nombreuses pages passionnantes dans ce livre, mais celles qui concerne une entrevue avec le Président, qui du haut de sa terrasse, surveille son troupeau de bovins, éleveur dans l'âme qu'il est resté, sont fascinantes. Une très belle réussite.


18,00
par (Libraire)
23 octobre 2021

Partir ou rester ?

Telles des chercheuses d'or, il nous arrive de scruter nos tables à la recherche d'un livre "qui ne paye pas de mine", dont personne encore ne nous aurait parlé et dont les médias ne font pas autant de cas que d'autres. Et il nous arrive aussi, ce faisant, de dénicher des pépites et d'avoir envie de les exposer bien en vue pour les aider à briller ! C'est le cas de ce premier roman d'Anne-Lise Avril. Liouba est une journaliste franco-russe passionnée par la préservation des forêts. Talal est photographe de guerre originaire d'une petite île proche d'Istanbul. Leur première rencontre, fruit du hasard, leur laisse une trace indélébile. Dès lors, on suit une superbe histoire d'amour entre ces deux exilés passant leur temps séparés aux quatre coins du monde pour vivre au plus près des grands enjeux de leur siècle, mais amenés, toujours, à se retrouver, comme une parenthèse enchantée au cœur d'un monde qui de plus en plus sombre dans la violence et la destruction de la nature. L'écriture de l'autrice est d'une grande beauté et d'une grande douceur (toute en émotions fortes mais pudiques), en particulier ses descriptions de paysages africains, russes ou indonésiens, nourries de ses propres voyages. Même pour les pessimistes de nature, on reste rêveurs devant les petites touches d'espoir qui parsèment ce récit, sur la capacité d'êtres humains volontaires et patients à replanter les graines de lumière du monde d'après, quoiqu'il arrive. A savourer sans plus attendre !


Carol Emshwiller

Argyll

19,90
par (Libraire)
19 octobre 2021

Avance, avance, avance

Charley est un adolescent de 11 ans, mais il s'appelle aussi Smiley, et il est la monture du futur chef des Hoots, des créatures venues peupler la Terre et ayant choisi les primates humains comme moyen de locomotion. Les Hoots ne peuvent se déplacer seuls, leurs jambes trop fines ne le leur permettent pas. Charley est fier de ses jambes déjà bien musclées, fier d'appartenir à la pure race des Seattle, fier de transporter Petit-Maître sur son dos. Charley rêve d'avoir à son tour un beau mors gravé dans la bouche, des apparats de garde et des médailles lors de ses prochaines courses d'obstacles. Mais une révolte gronde. Bientôt, le village se fait envahir par un groupe d'humains sauvages bien décidés à se libérer du joug de leurs maîtres mais aussi à sauver Charley. Car il est le fils de Héron, le meilleur des Seattle, le géant rebelle et taciturne, une légende. Emportant avec lui Petit-Maître, le seul Hoot ayant survécu à l'attaque, Charley découvre la vie dans les montagnes, un village où s'expérimente une liberté nouvelle et inconnue. Mais comment en profiter pleinement lorsque l'on a été élevé depuis toujours pour la servitude ? Ce roman a reçu le prix Philip K. Dick en 2003, une excellente découverte du mois de l'Imaginaire !


par (Libraire)
9 octobre 2021

La vallée qui chantait

Aussitôt fini, aussitôt chroniqué, on le trouve du côté de la littérature italienne et/ou du fantastique, voici un excellent roman qui nous emmène dans un petit village où le soleil ne se montre jamais, au creux d'une vallée menaçant de s'effondrer. Musicologue de formation, une jeune femme s'installe à Crottarda pour mener une enquête sur de fascinants chants de bergers qu'elle entendait déjà au village étant enfant et qui l'ont toujours hantée tant les sonorités étaient inhabituelles. Très vite, l'accueil que lui réservent les habitants la met mal à l'aise. Quelque chose cloche. A Crottarda, on n'aime pas les intrus et la rancune est tenace. On joue des tours aux touristes, on fuit le soleil, on élabore des plans pour se venger de ceux qui en profitent, plus haut dans la montagne. Avec pour seule alliée une adolescente sauvage et complètement imprévisible, notre héroïne va devoir démêler le vrai du faux et creuser le mystère qui entoure ces lieux. Les Oscillants porte très bien son titre puisque les personnages et les situations ne cessent d'osciller entre réalité et illusion, attraction et rejet, lumière et noirceur. Au milieu de ténèbres inhospitalières, qui croire ? Les autres, soi-même, ses souvenirs ?