Conseils de lecture

24,50
Conseillé par (Libraire)
2 novembre 2020

Tu fouleras loin, et moi au près...

Dans une bourgade de campagne norvégienne, on raconte qu'il y a des siècles sont nées deux siamoises avec un talent inouï pour tisser de merveilleux tapis représentant des scènes de légende. Emportées jeunes par la maladie, leur père investit tout son argent et ses biens les plus précieux pour fabriquer en leur honneur deux superbes cloches au son très particulier, qu'il offrit à la paroisse. Le temps a passé. Astrid Hekne, leur descendante, est une jeune femme vive d'esprit, indépendante, qui rêve de choisir sa vie. Et des choix, Astrid devra en faire, car les choses vont s'accélérer au village et dans son propre cœur. Kai, le nouveau pasteur, a pour ambition de moderniser le culte. Leur église traditionnelle, abîmée par le temps et bien trop petite, ne correspond plus selon lui à ce que doit être une Maison de Dieu aujourd'hui. De son côté, Gerhard, un étudiant en architecture allemand a été dépêché par son Académie pour croquer sous tous les plans cette fameuse "église en bois debout", savant mélange de chrétienté et de symboles de la vieille religion norroise. Déjà rachetée par la Reine de Saxe, elle doit être démolie puis reconstruite à l'identique à Dresde, pour être exposée en tant que chef-d’œuvre historique. Reste la question des cloches, car Astrid refuse que ce trésor familial soit séparé de sa terre. Ce roman passionnant se lit d'une traite et nous transporte dans une ambiance de mystères et de grand froid, idéal pour la période hivernale ! Un très beau texte sur la tradition et la modernité, sur l'attachement à son histoire et sur l'amour, qui revêt bien des formes et se prouve de bien des manières. Calez-vous sous un plaid et lancez-vous !!


9,90
Conseillé par (Libraire)
6 octobre 2020

Ce que l'on gagne et ce que l'on perd

Kit Meinem d'Atyar, un architecte doué et prolifique, est mandaté par le gouvernement pour entreprendre la construction d'un pont gigantesque reliant Procheville et Loinville. Cela pourrait être un jeu d'enfant, mais il y a une difficulté, et non des moindres... Les deux cités sont coupées par une mer de brume dans laquelle évoluent d'immenses poissons et surtout des géants qui, dit-on, sortent certains jours d'orage et seraient capables de raser une ville entière. De cette mystérieuse étendue de brouillard, certains ne reviennent jamais. Le projet est ambitieux, mais Kit s'attelle à la tâche, aidé par les habitants qu'il apprend petit à petit à connaître. Parmi eux, Rasali Bac et son neveu Valo, des passeurs, dont le métier consiste à transporter sur leurs bateaux des voyageurs et des marchandises en évitant les dangers cachés par la brume. Le pont promet de changer radicalement la vie de tous. Mais certains mélancoliques savent que cette entreprise amènera aussi des pertes. A mesure que la construction avance, Kit réalise, au contact des villageois, l'ampleur de l'aventure et toutes les réflexions qu'elle couve sur leur mode de vie. L'écriture est incroyablement poétique et immersive dans ce court récit très efficace. Les thèmes abordés le sont avec intelligence et sensibilité, on observe par ailleurs un traitement des personnages sans aucun cliché, diversité amenée de manière subtile et agréablement surprenante. Un grand bravo pour Kij Johnson !!


23,90
Conseillé par (Libraire)
1 octobre 2020

L'odyssée des corps et de l'esprit

Mathieu Bablet a l'habitude de nous éblouir, c'est un fait, on le sait, on devrait s'y attendre. Et pourtant quel émerveillement nous saisit à chacune de ses nouvelles parutions ! Toujours autant de finesse et de détails dans le trait, toujours autant d'interrogations fondamentales sur la vie, l'humanité, les choix, la destinée, menées d'une façon extrêmement intelligente qui nous invite réellement à nous poser la question "et si j'étais à leur place ?" Carbone et Silicium sont deux puissantes IA, créées par des scientifiques pour des tests. Lors d'un voyage en Inde consenti par l'équipe pour leur faire voir du pays une unique fois, Silicium s'échappe. Carbone, elle, se fait rattraper et retourne au laboratoire, brisée et inconsolable. La prenant en pitié d'avoir perdu son âme sœur, sa créatrice la libère, en dépit du règlement. Les deux robots vont alors vivre mille vies, se retrouver et s'éloigner au fil des années, et même des siècles, alors que défilent les époques de l'humanité. L'un d'eux estime que c'est l'isolement extrême et le retrait total de la société qui le sauvera. L'autre choisit de s'en remettre à un collectif poussé à l'extrême. Qui suivre ? Comment trouver enfin la paix dans ce monde ? Une œuvre aussi magnifique qu'essentielle !!


19,00
Conseillé par (Libraire)
19 septembre 2020

Sixtine et ses chapelles

Peut-être avez-vous suivi le merveilleux envol d'Esther Schapiro dans la série Unorthodox, diffusée sur Netflix; peut-être avez-vous partagé l'enfermement mental d'Isra, jeune fille venue de Palestine, mariée à un homme qu'elle connait à peine et assignée à résidence en plein Brooklyn, dans "Le silence d'Isra", paru à l'Observatoire ce printemps 2020. Sixtine, elle, nous permettra de voir combien les catholiques intégristes n'ont rien à envier aux juifs orthodoxes new-yorkais et aux musulmans traditionnalistes lorsqu'il s'agit d'assigner une place et un rôle à la femme. Comme Esther et Isra, sœurs du Livre, Sixtine devra lutter silencieusement et, de fait, puiser en elle même des ressources dont elle ne pouvait pas imaginer disposer pour conquérir sa liberté. Maylis Adhémar accompagne avec intensité son héroïne dans sa lente prise de conscience de son emprisonnement mental, et l'on sent quelque chose de très personnel dans cet accompagnement. L'intérêt de ces trois œuvres réside aussi dans leur refus de la caricature. Jamais en rupture de ban, ces trois héroïnes ne sont pas en guerre contre leur dieu, mais bien au contraire, donnent le sentiment d'enrichir leur foi en se battant pour leur liberté.


16,50
Conseillé par (Libraire)
19 septembre 2020

Le silence est d'ondes

Voici un roman d'une grande beauté qui nous laisse très ému lorsqu'arrive le point final. On y rencontre Elias, adulte taciturne et étrange, encore tourmenté par une enfance dont il n'arrive à raconter que quelques bribes à la femme qu'il aime passionnément. Elias passe sa jeunesse auprès d'un père magnétiseur et medium, persuadé que la purification de son fils doit passer par un entrainement éprouvant mettant sa patience et son corps à rude épreuve. Puis arrive un demi-frère, le compagnon de jeu, le plus petit à protéger. Lui aussi a un don, il voit des choses. Après quelques années de complicité, Ann prend les allures du père, ses discours et ses intonations, et s'éloigne d'Elias, qui développe quant à lui une passion pour le feu... L'histoire nous est contée à travers trois voix. Il y a Elias, elliptique, dans la lune, refoulant ses blessures. Il y a Avril, l'être aimé, le rayon de soleil. Et enfin une troisième voix se fait entendre, qui vient nous ouvrir la brèche que l'on entrapercevait. Au fil des pages, on ressent toute la tendresse que l'auteur éprouve pour son personnage principal et pour les âmes accidentées qui ont le droit, elles aussi, à une deuxième chance. Magnifique !