Ludivine F.

Dernier commentaire

Conseillé par (Libraire)
20 juin 2024

Ouvrir les yeux, s'émanciper

Sur la petite île d'Aryl, deux peuples jadis en conflit cohabitent grâce à un ensemble de règles qui garantissent l'harmonie. Aux Leifa la mer et la tâche de protéger et nourrir tout le monde par la pêche. Au Peuple des Bruyère la terre et ses galeries souterraines et la mission, pour leurs femmes, de porter de temps en temps la progéniture des Leifa afin que leur espèce survive. Ceux-ci sont en effet touchés par une sorte de malédiction qui ne leur permet d'engendrer que des individus mâles. Même si les tensions se sont apaisées, les vieilles rancœurs persistent et le Peuple des Bruyères protège la majorité de ses filles en les faisant passer pour des garçons dès leur plus jeune âge. Yvanel est de celles-là.
Depuis quelques temps, au large, d'immenses bateaux entourent l'île et s'accaparent toutes les ressources de l'océan. Il devient difficile de se nourrir et encore plus d'approcher ces navires impériaux qui tirent à vue. Devant cette situation critique, un groupe d'ami(e)s, Leifa et gens des Bruyères, s'embarquent dans une entreprise des plus téméraires. Leur plan : voguer jusqu'aux grandes cités de l'Empire pour plaider la cause des leurs. Mal préparés au monde extérieur, eux qui ont toujours vécu en huit clos, ils et elles découvriront qu'il existe bien d'autres manières de faire société que l'organisation qui régit leur quotidien depuis leur naissance. De surprises en déconvenues, leurs croyances en seront chamboulées et chacun à sa manière vivra un éveil de la pensée.
La grande force de ce récit tient à l'actualité brûlante des thèmes abordés, habilement entremêlés dans un récit d'aventure et d'émancipation ! On y parle de choix de société, d'oppression, de lutte pour la liberté. Au fil des pages, chaque personnage sera en proie à d'importantes remises en question et devra décider de son destin et de sa propre identité. Une littérature de l'imaginaire profondément ancrée dans le réel et les enjeux contemporains !