Pascale B.

Les Presses de la Cité

21,00
6 septembre 2021

Innocents ou ignorants ?

Au 18ème siècle, Evered et sa sœur Ada, brusquement orphelins à 11 et 9 ans, se retrouvent livrés à une vie misérable sur une parcelle côtière inhospitalière isolée de Terre-Neuve. Leur quotidien morose est mis à l’épreuve par un océan sauvage et un climat implacable. Ils deviennent corvéables (chasse, pêche, cueillette) pour lutter contre la faim, le froid, la maladie…. et survivre d'une saison à l'autre.
Innocents car ignorants, le monde extérieur leur est une énigme ; les rares visiteurs leur en révèlent quelques indices par leur passage, les aidant à grandir. Michael Crummey défit l’inconfortable : Il installe magistralement, avec crédibilité, l’éveil de la puberté et la découverte du bien et du mal dans ce huis clos.

L'histoire est captivante, détaillée, très bien écrite ; avance lentement nous absorbant dans un vocabulaire fidèle à l'époque ; L’écriture donne éclat à la nature sauvage du Canada.

Laissez-vous pénétrer par cette histoire, ne craigniez ni l’Enfer ni l’Eden ….

Roman

Stéphane Marsan

18,00
6 septembre 2021

Jokha Alharthi, 1ère romancière du Sultanat traduite et lauréate du prix littéraire Man Booker International, nous livre ici une saga familiale omane à travers 5 décennies et trois sœurs, au sortir de l’ère coloniale.

Une galerie de personnages reflets d’une société traditionnelle, encore patriarcale et esclavagiste, dans son ascension, marche par marche, vers une évolution des mentalités et des relations humaines. C’est pour le lecteur la découverte d’une culture omane méconnue, ses Hommes, sa religion, ses traditions.

Une lecture très intéressante et prenante dont il faut oublier la construction complexe et déroutante afin d’en savourer chaque chapitre. Ne comptez pas sur l’arbre généalogique joint pour vous aider à démêler le puzzle …..car ne comptez pas sur l’arbre généalogique pour vous y aider.

6 septembre 2021

La femme qui n'a pu aimer les hommes

La vie de Jeanne s’accomplit avec une carrière d’écrivain florissante et un beau mariage….. Derrière la façade, il existe une violence conjugale à laquelle elle va tenter de se soustraire…..

Isabelle Le Nouvel décrit parcimonieusement le quotidien de cette femme fracassée qui traverse sa vie en boitant, et nous confie peu à peu ses traumatismes de l’enfance dont les cicatrices invisibles pourraient être définitives.

La violence ou le viol constitue un fardeau à vie ; il en restera toujours les images, des odeurs, des bruits …..

D’une écriture dense et précise, l’auteur nous guidera vers les solutions que Jeanne apportera à ses tourments….. A chacun sa délivrance …..

5 septembre 2021

Laissez-vous conter .....

Recueil hétéroclite mythique et fantastique composé de 9 nouvelles aux ambiances différentes, aux époques différentes mêlant le mystère à la poésie.

Une femme albinos dans une grotte secrète, un homme aux poumons de verre à la recherche d’un trésor, la vengeance de deux lycéennes kidnappées au Nigéria, un écrivain aveugle et sa muse, le pouvoir des extra-terrestres ; 7 jumelles génétiques très émouvantes ; etc

C’est joliment écrit parfois troublant, parfois émouvant, toujours subtile dans le choix des personnages
La diversité des situations rajoute de l’intérêt à une lecture déjà plaisante.

Anjali Sacheva est une conteuse inventive captivante ;

Magique…

5 septembre 2021

Silence, on tourne !

En clin d’œil aux 24 images secondes projetées sur les écrans de cinéma, R. Meltz fait défiler 24 chapitres retraçant une vie consacrée au cinéma.

Adrien, petit-fils de Gabriel décédé centenaire, est journaliste et écrit son premier roman dédié à son grand-père et sa passion du cinéma.
La rencontre de Gabriel avec la caméra est marquée par la disparition de sa sœur Hélène à l’âge de 11 ans. Devenu un opérateur méticuleux, il passera sa vie en mouvement telle l’image, filmant la vie et la mort à travers le monde, capturant presque un siècle d’histoire de son savoir-faire.
Très documenté sur l’art du cinéma, les technologies anciennes et récentes, jonché d’anecdotes sur l’actualité des prises de Gabriel, le récit est instructif mais aussi touchant de nostalgie. L’échappée belle d’Adrien vers l’écriture l’éloigne de la féérie du numérique

« La photographie, c’est la vérité, le cinéma c’est 24 fois la vérité par seconde »