Marianne K.

Poser problème

Mouton, Antoine

Contre-Allée

20,00
par (Libraire)
11 novembre 2020

Une journée traversée de poèmes et de photographies

On passe du rire aux larmes en lisant Antoine Mouton ! On s'interroge, on questionne notre société, on réfléchit sur nos corps, nos façons de nous inscrire dans notre environnement... Lire "Poser problème", sublime recueil, c'est aussi se laisser emporter par les émotions, celles que l'on traverse au fil de la journée, se laisser envahir par les souvenirs, par la beauté des photographies... Et ce que j'aime par-dessus tout chez Antoine Mouton (déjà l'auteur de "Chômage monstre", aux éditions La Contre Allée), c'est son humour : quand il nous fait assister à un "bilan des incomplétudes", quand il cherche un "Travahi" sur "l'île Pré-Karité", quand il se questionne sur la meilleur manière de s'asseoir ou encore lorsqu'il assomme un serveur de questions, de la plus existentielle à la plus farfelue...! Lisez Antoine Mouton, vous ne serez pas déçu du voyage !

Ce que je ne veux pas savoir
16,50
par (Libraire)
11 novembre 2020

La moitié des pages cornées !

J'ai une et une seule habitude de lecture : corner les pages lorsqu'une phrase, un paragraphe, m'interpelle particulièrement, pour le recopier ensuite dans un carnet (carnet que je feuillette ensuite régulièrement). C'est bien simple, quand j'ai lu "Ce que je ne veux pas savoir", j'ai corné à peu près la moitié des pages...! C'est dire !
Ce texte, premier volet d'un triptyque autobiographique de l'autrice britannique, est de ces ouvrages qui garderont une place particulière dans la mémoire du lecteur, de ces livres qu'on offre, qu'on transmet, tant ils ont eu une influence incroyable sur nos émotions...
Et la bonne nouvelle c'est que le deuxième volet est déjà disponible et s'intitule "Le Coût de la vie" !

Eliete, la vie normale

Cardoso, Dulce Maria

Chandeigne

22,00
par (Libraire)
11 novembre 2020

Eliete, une voix

"Eliete", c'est un roman à la dynamique imparable, un texte vif, des sujets qui nous concernent tou.te.s ; "Eliete", c'est une voix aussi, celle de la narratrice, qui nous envoûte, une voix intense, franche, qui nous happe sans plus jamais nous relâcher, et qui semble ne s'adresser qu'à nous, comme une discussion avec une amie proche, avec une sœur ! "Eliete", c'est un livre magnifique dont on retient beaucoup !

Touiller le miso
20,00
par (Libraire)
5 novembre 2020

Boire un coup et écrire des haikus

« Je suis parti au Japon pour boire du saké », voilà qui a le mérite d’être clair ! Quoique, plus loin, l’auteur-illustrateur Florent Chavouet ajoute : « Finalement, je suis parti au Japon pour écrire des haikus ». Heureusement pour nous, amateurs du Japon, les deux ne sont pas incompatibles !
Après "Tokyo Sanpo" et "Manabé Shima", Florent Chavouet revient avec un magnifique carnet de voyage qui prend pour fil conducteur le saké et les haikus ! Un programme réjouissant pour tous les aficionados de beaux livres, de carnet de voyage, de croquis, et pour tous ceux qui voudraient (re)visiter le Japon ! Se renouvelant à chaque parution, Florent Chavouet réinvente l’exercice du carnet de voyage, trouvant inlassablement de quoi attirer notre attention et nous interpeller. Entrons donc à sa suite dans tous les « Kaku Uchi », petits commerces où l’on vend et boit de l’alcool, surtout du saké de production locale ; observons les mille et un détails dessinés ; laissons-nous subjuguer par les atmosphères si bien recréées et amusons-nous des anecdotes racontées ! C’est un livre merveilleux, qui, en plus d’être magnifiquement beau, est aussi plein d’humour et très poétique : « La moitié de moi vous suffira, mes deux mains sont pour quelqu’un. », « Touiller le miso revoir les morceaux de navet boire tout le bol. » Un voyage étonnant, plein de curiosités, où l‘on ressent toute la tendresse qu’éprouve l’auteur pour un pays dont on ne se lasse jamais !

L'homme qui aimait trop les livres
par (Libraire)
31 octobre 2020

Amoureux des livres, jusqu'où seriez-vous prêts à aller ?

Celui qui aimait trop les livres, c’est John Gilkey, un homme qui a dérobé pour 200 000 dollars de livres anciens, dans le but de posséder tous les grands classiques de la littérature américaine en première édition… Mais ce n’est pas seulement son histoire que nous raconte la journaliste Allison Hoover Bartlett, c’est aussi celle de Ken Sanders, un libraire de livres anciens, surnommé « biblioflic », qui mit tout en œuvre pour coincer le voleur et permettre aux vendeurs lésés de récupérer leurs biens ! Un voleur fanatique, un détective courroucé, des livres rares, des boutiques pleines de trésors, des séjours en prisons : tous les ingrédients pour une grande aventure dans le monde des collectionneurs bibliophiles ! Une page lue et impossible alors de lâcher ce récit haletant, à la fois subjugué et révolté par cet homme et passionné par l’histoire de cette traque ! Une réussite absolue…