Laurence H.

Max Izambard

Le Rouergue

22,00
par (Libraire)
8 novembre 2021

Formidable premier roman

Avec "Marchands de mort subite", Max Izambard fait une entrée assez spectaculaire dans l'univers de la littérature policière, et on ne peut qu'être soufflé par la maestria avec lequel ce premier roman est mené.
Max Izambard connait bien l'Afrique des Grands Lacs et plus particulièrement l'Ouganda, que terrifiant et grotesque Idi Amin Dada nous fit connaitre en son temps. Dans ce romant très bien informé, et c'est ce qui le rend passionnant, nous suivant Pierre Marlot sur les traces de sa fille Anne, journaliste free-lance qui a disparut lors d'une enquête sur l'exploitation "pirate" des mines d'or de la RDC (République Démocratique du Congo) voisine.
On comprend très vite, avec Pierre, qu'il a mis les pieds dans un panier de crabes bien dangereux (gouvernement, exploitants miniers sans scrupules, forces de l'Onu, Ambassade de France) ou chacun préserve sans états d'âmes ses immenses intérêts.
Pierre s'appuie sur les réseaux amicaux d'Anne, et l'on rencontre quelque belles figures, dont l'émouvant médecin urgentiste Ibrahim, dont la préoccupation est de soigner les plus faibles et les plus traqués.
Il y a de nombreuses pages passionnantes dans ce livre, mais celles qui concerne une entrevue avec le Président, qui du haut de sa terrasse, surveille son troupeau de bovins, éleveur dans l'âme qu'il est resté, sont fascinantes. Une très belle réussite.

21,90
par (Libraire)
26 juin 2021

Into The Crown

Voilà un livre absolument totalement dépaysant.
Il n'y est pas question d'y découvrir des contrées lointaines et inconnues, mais d'explorer l'univers tout aussi exotique de la haute aristocratie anglaise à travers les souvenirs de Lady Anne Glenconner, petite-fille du 4ème comte de Leicester, écuyer du Roi. Elevée dans les respects de codes presqu'encore victoriens dans l'immense chateau de Holkham Hall, jouant à la marelle avec les petites princesses Elizabeth et Margaret, Anne entrera dans le monde en devenant demoiselle d'honneur au mariage d'Elizabeth, et très proche de Margaret, sera ensuite sa dame de compagnie. Epouse du Hon. Colin Tenant, qui lui fera vivre des situations assez foldingues, elle le suivra dans sa vie de jet-setter, et fera avec lui de l'Ile Moustique un paradis de riches noceurs.
On pourrait avoir toutes sortes de réserves sur l'intérêt d'un tel récit, hors, il se révèle proprement fascinant par le regard qu' Anne Glenconner porte sur ses 88 années. Elle a traversé une vie faite de nombreuses situations extrêmes, parfois drolatiques, parfois tragiques et s'est trouvée à la croisée de mondes qui s'entrechoquaient, sans jamais se déparer d'une élégance nonchalante et d'une sacrée résilience. Incroyablement british, ce livre est la version beaucoup plus rock n'roll de The Crown.

19,00
par (Libraire)
22 juin 2021

Qu'est-ce qu'être père, qu'est ce qu'être fils ?

On voudrait rester sobre dans le superlatif, par esprit de corps pour l'écriture de Pierric Bailly ! Et pourtant, depuis combien de temps n'ai-je pas été percuté avec une telle puissance par un roman français.
"Le roman de Jim", est en fait le roman du père de Jim, qui n'est pas son "vrai" père, juste le copain de sa mère, mais tellement plus. Lorsque le héros rencontre Flo, elle a 40 ans, lui une bonne quinzaine de moins et il zouzouille un peu dans la vie. Elle est enceinte, mais ça ne le dérange pas. Au lit, il trouve ça bizarre, mais plutôt rigolo, le gros ventre de Florence. Le géniteur est de son côté, trop occupé avec sa famille officielle, et ne fait pas partie de l'histoire. Lorsque Jim va naitre, le narrateur ne va pas être tout chamboulé, et c'est bien progressivement, aux premiers regards, aux premiers sourires de ce petit Jim, qu'un amour infini, définitif, sans limite va naître pour ce bébé.
Cette petite famille bancale se construit, vit, et profite du temps qui passe en douceur, à l'ombre des forêts jurassiennes, jusqu'à ce que le vrai père, ravagé par la perte accidentelle de sa femme et de ses deux petites filles, ne fasse sa réapparition.
Ce roman, tissé d'amour de taiseux et aussi chronique d'un monde pas souvent décrit dans la littérature, celui des petits boulots, des études jamais finies, des emplois chez Paul à la Part Dieu, devient alors un mélodrame aussi puissamment simple et bouleversant qu'un film de Douglas Sirk.
Magnifique exploration sur ce qu'est être père, être fils, "Le roman de Jim" est un formidable roman dont vous vous souviendrez longtemps.

par (Libraire)
30 avril 2021

Délicatesses amoureuses

Simon et sa famille ont quitté le village de son enfance pour s'installer à Paris. Son grand frère adoré quitte la maison, et il se sent perdu dans son immense lycée. Il trouve en Léa les mêmes incertitudes et cette même envie d'être à la fois là et ailleurs. Son histoire d'amour pour elle est une esquisse en devenir, toute en délicatesse et pudeur entre eux, alors quand l'éclatante Léonore débarque au lycée avec son rire, son aisance et son charme ravageur, Simon vacille et ne sait plus.
Nadine Brun-Cosme explore avec une grande subtilité les incertitudes amoureuses adolescentes et dépeint formidablement ce moment si complexe ou l'enfance s'éloigne, sans que l'on sache vraiment très bien quel adulte on a envie de devenir

16,00
par (Libraire)
30 avril 2021

Le pouvoir à l'imagination

C'est le début des vacances, et bim, la Grand-Mère adorée de Ware, onze ans, a fait une sale chute alors il ne pourra pas passer l'essentiel de ses vacances avec elle. Les parents travaillent comme des fous, alors il ne faudra pas tortiller, et aller au Centre de Loisirs. Ce projet désespère Ware qui est tellement mieux tout seul, alors quand il découvre une vieille église en cours de démolition à côté du Centre, il a trouvé un Chateau Fort de rêve, bien plus excitant que ce Centre qui se prend pour la RécréNation . Jolène, 12 ans, est déjà installée dans ce chateau/eglise/terrain vague, et elle, elle a bien l'intention d'y faire pousser des Papayers, parce que les papayes, ça pousse vite, et qu'elle a vite besoin de vendre des papayes à l'épicière du coin. Il est bien connu que rien n'est plus puissant que les rêves des enfants. Ces deux là se sont bien trouvés, à la fois à part, différents et ensemble et s'il y a bien des utopies qui sauveront le monde, c'est dans les rêves des enfants qu'il faut les chercher..